Les Churchkhela, confiserie géorgienne

Je vous avais parlé dans mon article sur Noël en Géorgie (à retrouver ici : clic!) de ces confiseries qui ressemblent à des saucissons, à base de noix et de raisin. Je les ai essayés, ils ont été validés, alors je vous livre la recette! C’est une version très « occidentalisée », avec des ingrédients de tous les jours. Par contre, je vous préviens tout de suite, j’ai fait mes churchkhela au feeling, les quantités sont donc données à peu près!

Les Churchkhela

Pour 5 churchkhela d’environ 20cm de long

100 cerneaux de noix (= 50 noix entières)
1 litre de jus de raisin
5 càs de Maïzena
1 pincée de sel
5 càs de sucre
Du sucre glace
Du fil alimentaire très fin et une aiguille (oui oui!)

Je vous conseille d’utiliser des noix assez sèches, de l’année précédente, c’est encore mieux. Si vous les cassez vous-même, mieux vaut vous y prendre avant de commencer la caramélisation du jus. J’ai fait les deux en même temps, c’est du sport!

Une fois vos cerneaux de noix prêts, il faut les piquer avec une aiguille et un fil alimentaire fin, pour en faire comme un collier. Prévoyez environ 10cm de fil supplémentaire de chaque côté, afin de faire un noeud assez large pour passer un doigt. Ceci vous permettra de glisser votre collier de noix au fond de la casserole pour le recouvrir de jus, tout en le maintenant de chaque côté et sans vous brûler les doigts!

Collier de noix

Je vous conseille également de préparer la suite, il vous faudra trouver un endroit où suspendre vos churchkhela, afin qu’ils sèchent 24h. Pour exemple, je les ai pendus au bout d’une grille qui dépassait un peu du plan de travail, en mettant une plaque au sol pour récupérer le jus tombé (j’ai préféré nettoyer la plaque que le sol. Ca colle!!)

Mon installation…

Une fois les noix et votre installation prêtes, on peut commencer la réduction du jus de raisin :

Verser un peu de jus de raisin dans un petit saladier, puis incorporer la Maïzena petit à petit en fouettant bien au fouet à main, afin d’éviter les grumeaux.

Transvaser le mélange dans une grande casserole à fond épais (j’insiste sur la grande casserole : en chauffant, la préparation monte), puis ajouter le reste de jus de raisin.

Faire bouillir en remuant très régulièrement avec une cuillère en bois, sur feu fort.

Début de cuisson

Une fois que le mélange bout, ajouter une pincée de sel, puis laisser réduire sur feu très doux, en remuant toujours, pour éviter que le jus réduit n’attache aux parois de la casserole.

Une fois le jus réduit de moitié, ajouter petit à petit l’équivalent de 5 càs de sucre, selon la consistance. C’est là que j’ai tâtonné. Sans sucre ajouté, mon jus réduisait mais n’épaississait pas, j’en ai donc mis au fur et à mesure et ai laissé encore réduire jusqu’à ce qu’il ne reste que quelques centimètres au fond de la casserole, d’un jus épais et foncé, qui accroche un peu à la cuillère.

Le jus a bien réduit

Le plus difficile commence : il faut prendre les colliers de noix un par un par les bouts et les passer au fond de la casserole, afin de bien les enrober de jus de raisin réduit. Une fois bien recouverts, les faire pendre sur votre installation préparée. S’il vous reste du jus, il est préférable de passer une deuxième couche. Pendant toute cette opération, laissez le feu ouvert mais très doux, pour que le jus ne durcisse pas totalement.

Lorsque les churchkhela sont bien enrobés, les laisser pendre afin qu’ils sèchent au moins 24h.

Séchage…

Le lendemain, verser un peu de sucre glace dans une assiette, et passer les churchkhela dedans, en tapotant légèrement pour enlever l’excédent de sucre. Ceci permettra qu’ils ne collent plus du tout.

Ils sont alors prêts à la dégustation!

Ce doit être la recette la moins académique que j’ai postée depuis le début, mais je vous invite vraiment à vous lancer! Vous allez épater tout votre entourage avec cette confiserie très originale. Les churchkhela ne sont pas très sucrés malgré ce qu’on pourrait croire, ils se mangent sans faim. N’oubliez simplement pas d’enlever le fil qui est à l’intérieur lorsque vous les dégusterez

J’en profite pour vous souhaiter une très belle année 2019, remplie de nouvelles recettes, de découvertes, de voyages et surtout de musique!

Reconnaissez-vous chaque langue?
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s