Ma visite au Château Pavie (Saint-Emilion)

Château Pavie Saint-Emilion

Voilà le premier château que j’ai visité dans le bordelais. C’est aussi ma première visite de cave !
Jusque là je buvais, mais sans trop savoir quoi, ce qu’il y avait dedans et comment c’était fait.

Pour tout vous dire, en bonne citadine, j’ai découvert que les vignes demandaient un entretien permanent, pas seulement pendant les vendanges (j’exagère à peine).

Ce monde m’a fascinée et j’espère pouvoir vous transmettre un minimum de mes surprises et mes émerveillements lors de mes quelques visites !
(Désolée d’avance pour les termes de néophyte, surtout pour les dégustations, c’est pas encore gagné !)

Tout d’abord, pourquoi ai-je choisi de visiter ce château plutôt qu’un autre ?

Parce qu’il y a trop de châteaux à Saint-Emilion ! Je n’arrivais pas à faire mon choix. Chacun vous dit qu’il est mieux que les voisins. Alors je me suis dit, quitte à en faire un, autant qu’il fasse vraiment partie des meilleurs.

J’ai aussi fait une sélection draconienne en supprimant les sites trop longs à s’ouvrir (on sélectionne comme on peut!), les sites dont la page d’accueil est en anglais (on est en France, mince !) et surtout toutes les propriétés qui ne sont ni françaises, ni familiales.
Adieu donc les châteaux tenus par des mutuelles, des assurances ou LVMH.

Le Château Pavie, lui, appartient à la famille Perse.
Au départ propriétaires des magasins Continent et Champion (ça nous rajeunit pas !!), ils investissent en 1998 dans le domaine et le font progresser jusqu’à devenir l’un des rares Premiers Grands Crus Classés A.

Mais qu’est ce donc que ces classements ?

Pour faire simple, il existe 2 AOC  (AOP?) à Saint-Emilion :

  • L’AOC Saint-Emilion, qui regroupe tous les vins rouges produits à Saint-Emilion et dans les quelques communes autour. En général, sur l’étiquette des bouteilles, le nom de la commune est aussi inscrit : vous pourrez donc trouver par exemple des « Lussac Saint-Emilion » ou des « Montagne Saint-Emilion ».
  • L’AOC Saint-Emilion Grands Crus, bien plus restrictive. Pour en bénéficier, il faut un rendement maximal de 40 hectolitres par hectare, et un élevage de 12 mois minimum.

Cette AOC se divise en 3 catégories :

  • Les premiers grands crus classés A
  • Les premiers grands crus classés
  • Les premiers grands crus

Le premier classement date de 1955 (merci Malt & Raisin pour la correction !) et il est revu tous les dix ans. C’est ainsi qu’aujourd’hui, 4 châteaux sont Premiers Grands Crus Classés A : Le Château Angélus, Ausone (pas « ozone » comme la couche hein… néophyte je vous dis !), Cheval Blanc et Pavie.

Pourquoi donc le Château Pavie s’appelle-t-il ainsi ? Tout simplement parce qu’avant les vignes, des pêches « Pavie » poussaient sur les terres du château.

Le vignoble est composé de Merlot, en majorité, puis Cabernet franc et Cabernet sauvignon. On retrouve à peu près les mêmes proportions dans tous les Saint-Emilion, et les Pomerol.

Château Pavie Saint-Emilion Vignes
Les vignes, tout autour du château

Fin mai, on ne voyait que les feuilles des vignes. Mais lorsque les grappes auront poussé, ils pratiquent des « vendanges vertes ».
En gros, ils suppriment les grappes les plus faibles pour ne laisser que les plus belles afin qu’elles se développent mieux.

A Pavie, comme dans beaucoup de châteaux, ils sont fiers d’expliquer qu’ils pratiquent l’agriculture raisonnée.
Alors, c’est déjà bien, parce que si vous avez suivi l’actu, la Gironde est l’un des pires départements… et ce n’est pas un mythe, on s’est littéralement mangé des pesticides…
On peut toujours manger bio après !

La guide, donc, nous explique fièrement que les papillons sont une menace et que pour les éradiquer, plutôt que d’utiliser des pesticides, ils utilisent des hormones mâles, qui les désorientent. QUOI ??? Ils tuent les papillons et en plus nous filent des hormones à boire ???
(oui, parfois, je découvre encore la vie. Mais je ferais mieux de m’abstenir…)

1008x646_loire-atlantique-distingue-consommation-importante-pesticides
Dis moi où tu habites, je te dirai combien de pesticides tu manges !

L’émotion passée, nous reprenons la visite, et nous intéressons à la fabrication du vin.

Une fois cueilli, le raisin est trié manuellement, et un laser optique est utilisé ensuite pour ne garder que les raisins parfaitement calibrés.
Il est ensuite mis dans des cuves en bois thermorégulées pour 3 semaines de cuvaison.
Le chapeau de marc, constitué des particules solides de marc de raisin, se crée naturellement puis est alors cassé par « pigeage » manuel (en gros, il est cassé avec un bâton). Ensuite, la partie liquide du vin, qui était dessous, est remontée au-dessus par un lent processus, pour ne pas trop bouger les molécules et altérer le vin futur. Ceci permet de faire bénéficier au vin de la couleur et des tanins présents dans la peau des raisins.

Château Pavie Saint-Emilion Barriques

Le vin passe ensuite dans des barriques en chêne français neuf pour la fermentation malolactique, pendant 18 à 32 mois, selon le millésime.

Pendant tout ce temps, les 3 cépages (Merlot, Cabernet franc et sauvignon), ne sont jamais mélangés. Ils ne le seront qu’au tout dernier moment, pour faire le meilleur assemblage.

Les chais de Pavie sont vraiment magnifiques ! Ils sont situés en sous-sol, et les murs sont les arcades de l’ancienne gare qui passait juste sous le château. C’est vraiment beau !

Château Pavie Saint-Emilion Chai

Le château Pavie a aussi acquis du bois d’un chêne très particulier : le Chêne de Morat.
Celui-ci a été planté le jour où Louis XIV a été sacré roi, et a été abattu en 2006.
Il est devenu barriques, et Pavie a mis quelques litres de vin dedans, qui attend d’être goûté !

Château Pavie Saint-Emilion Chêne de Morat

C’est là que se finit notre visite. Direction la salle de dégustation.
La bouteille est assez jeune (2011 ? 12 ? trou de mémoire !), et là, il n’y a rien à faire, la rive droite n’est définitivement pas pour moi !
Trop rugueux, trop asséchant. Il donne soif, et pas de vin, c’est un comble !

J’en ai déduit que c’était la faute au Merlot, qui est en plus petites quantités dans les autres appellations.
Est-ce à cause des tanins ? D’une trop grande quantité de sulfites ? Je ne sais pas. Enfin c’est vraiment une affaire de goût, voilà tout.
Et puis vu le prix ça m’arrange !

En tout cas, la visite est vraiment bien faite, elle est totalement individuelle, à 25 € par personne (c’est proportionnel au prix des bouteilles), mais ça les vaut !

La seule chose que je regrette, c’est qu’à la dégustation, vous est proposé un vin jeune, « adolescent » nous dit la guide, et c’est à vous d’avoir assez d’exercice pour savoir s’il sera bon plus tard. Ca n’est pas propre à Pavie, ça nous est arrivé partout. C’est un peu dommage parce que si ça se trouve, en fait il était bon (haha).

Et puis on ne joue pas dans la même cour. Ce vin est développé pour pouvoir vieillir 30 ans minimum.
Moi, le vin que j’achète, je veux le boire. Pas le revendre. Donc attendre 10 ans pour le boire, pourquoi pas. Mais 30 ans ?? Au final, il s’adresse surtout aux investisseurs/collectionneurs, plus qu’aux amateurs.

Bientôt mes autres visites, nouvelle appellation, nouvelle méthode, nouvelles découvertes, et en plus buvables rapidement !

PS : si jamais tu t’y connais en vin et que tu trouves que j’ai dit de grosses bêtises, n’hésite pas à corriger 😉

Publicités

2 réflexions au sujet de « Ma visite au Château Pavie (Saint-Emilion) »

  1. Une bien jolie visite !
    Pour une néophyte, tu as très bien compris le processus d’élaboration d’un vin ! Quant au vocabulaire et bien… Il est bon, accessible à tout le monde, donc au top !
    Quelques petites erreurs, mais rien de bien méchant !

    Concernant le classement des vins… C’est un beau bazar ! En réalité, le classement de 1855 ne concerne que le Médoc, les Graves et le Sauternais. Pour le Saint-Emilionais, le classement est plus récent et date de 1955.
    Quant à l’agriculture raisonnée, c’est une bonne chose oui ! Il faut savoir… Et là je vais surement casser un mythe… Que l’agriculture Bio ne pollue pas nécessairement moins que la raisonnée, en terme de viticulture… Ils n’ont pas le droit aux pesticides, certes, mais utilisent la Bouillie Bordelaise. Un joli nom qui cache en réalité… Un mélange à base de cuivre. Or, depuis le temps que ce cuivre alimente les sols au final… Il en devient parfois toxique pour la vigne elle même. Un comble non ? 🙂
    Pour les « papillons » (cicadelle pour être exact), ils donnent lieu à une maladie grave de la vigne… Causant perte de récolte, et mort des ceps. Les pièges (diffuseurs d’hormones) provoquent une confusion sexuelle qui évite le développement de la bestiole. Plus écologique que des pesticides !
    Ah, la dégustation… Le côté asséchant provient probablement des tanins. Le Merlot, généralement, apporte d’avantage de la rondeur, du fruité, et un côté gras en fin de bouche. Savoir apprécier le potentiel de vieillissement d’un vin n’est clairement pas évident ! Mais le Saint Emilionais est plutôt orienté vin de garde… Surtout dans un tel château ! Et vu le prix de la bouteille, difficile pour eux de sortir de vieux millésimes. Ils tapent donc dans les stocks à disposition au Chai…

    Bel article en tout cas, on imagine bien ta surprise ! Tu as du en prendre plein les mirettes.

    Aimé par 1 personne

    1. Un grand merci pour les compliments et surtout toutes tes explications !
      Même si, en effet, mes belles croyances en ont pris un coup… Moi qui avais cru trouver mon bonheur dans la biodynamie, me voilà toute troublée !
      Enfin ça ne m’empêche pas de boire, c’est bien là l’essentiel 😀

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s